Miss TICS

Veille et débats sur les technologies de l'information et de la communication...

15 mai 2006

Mais vous n'aurez pas ma liberté de blogguer !

statue_of_liberty_face_smallx Un intéressant article de La Croix fait le point sur la part de responsabilité et de liberté à laquelle tout bloggueur salarié doit se plier (via Padawan)...
Les statistiques françaises semblent contraster avec celles des Etats-Unis qui compteraient une soixantaine de cas de licenciement pour blog... Chez nous,  si on met de côté le cas Garfield qui concerne plutôt l'éducation nationale,  personne n'a été  licencié à cause de son blog. Plus fort encore, comme le souligne Padawan,  certains patrons en seraient même  à regretter que leurs salariés s'auto-disciplinent trop (quand on voit par exemple la campagne pro-bloguienne de IBM) : «Les blogueurs salariés bénéficient d’une liberté d'expression protégée. La Cour de cassation a jugé, dans un arrêt du 22 juin 2004, que sauf abus, le salarié jouit, dans l’entreprise et en dehors de celle-ci, de sa liberté d’expression à laquelle seules des restrictions justifiées par la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché peuvent être apportées», explique Olivier Sanviti, avocat au Barreau de Paris.
Pour autant, un bloggueur trop virulent peut être contraint de fermer boutique sur demande de l'entreprise en cas de litiges. C'est à l'entreprise d'en évaluer le préjudice. Car on sait bien que dans certains cas, tolérer des blogs un peu "directs" peut faire partie d'une stratégie Marketing. C'est l'exemple très connu du Blog de Scroble, cet employé de chez Microsoft, qui malgré des propos parfois virulents sur Mircrosoft a plutôt contribué à redorer l'image de marque de l'entreprise par sa franchise... La crainte de l'entreprise n'en demeure pas moins légitime et une question centrale. Mais Bertand Duperrin a parfaitement raison lorsqu'il rétorque à ce propos : "Ma réponse est que s’il existe un risque, ne pas les laisser s’exprimer est un risque plus grand encore." Les internautes n'aiment pas la langue de bois. Les salariés qui ont quelque chose à dire, le diront de toute façon (si le blog leur est interdit, ce sera de manière anonyme et peut-être plus véhémente...)... La peur est néanmoins tenace, comme le montre l'Atelier :"67 % des patrons interrogés considèrent qu'il serait nécessaire de mettre en place des règles dans l'entreprise pour sanctionner les blogs".
 Reste à l'entreprise qu'elle pourra toujours élaborer une charte de conduite et le salarié respectera les deux commandement fondamentaux :
1) De données confidentielles, point tu ne divulgueras
2) Une charte de conduite tu respecteras
Ainsi parlait e-Zarathoustra...

Posté par Miss_TICS à 15:24 - Pra-tics - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Les entreprises commencent à prendre en compte ce phénomène, en demandant à leur cadres et employés de ne pas bloguer certaines données qui pourraient être "sensibles" (Genre le taux de réussite d'une action marketing).

    Posté par Sébastien, 15 mai 2006 à 18:04
  • Mais même Garfieldd, puisque vous le citez, n'a pas été licencié. Je ne connais toujours pas de cas de salarié licencié à cause de son blog en France.

    Posté par padawan, 16 mai 2006 à 09:57
  • Garfield

    Il n'a pas été licencié, c'est entendu, mais la première sanction qui tombait à l'origine était tout de même la révocation. Gageons, en tout cas que cela dure et meci pour votre article très synthétique sur le sujet.

    Posté par Miss Tics, 16 mai 2006 à 10:12
  • Je confirme les dires de l'ami Padawan.

    J'ajouterai que la quantitité d'information confidentielle et non divulgable dans une entreprise est évaluée à....1% du volume d'information global en circulation.

    Ca laisse de la marge

    Posté par bertrand, 16 mai 2006 à 19:22

Poster un commentaire