Miss TICS

Veille et débats sur les technologies de l'information et de la communication...

23 juin 2006

Initia-TIC

Dans la Tribune et un peu partout sur le Net, on lit cette statistique sans appel,  issue d'Eurostat  (concernant une dizaine de pays d'Europe) et de Médiamétrie pour la France : "un tiers des Européens est du mauvais côté de la fracture numérique". Plus d'un Européen sur 3 n'a aucune base informatique et plus d'un foyer sur 3 n'accède qu'à la radio et à 5 chaînes de télévision analogique... De l'autre côté de la frontière numérique, 1 personne sur 6 vit dans "l'hyper-choix" (abonnement à la télévision câblée ou satellite, console de jeu, lecteur DVD, accès Internet...)... Certes, le temps verra reculer ce fossé numérique mais la question essentielle demeure néanmoins : "on ne peut que s'interroger sur les conséquences pour des sociétés de voir coexister des populations vivant sur des planètes si éloignées. Sans un minimum de références et d'usages communs, l'échange même devient impossible. A l'heure où fleurissent les réflexions sur la nouvelle citoyenneté, la redéfinition de l'espace du débat public, induites par la prise de parole et les débats sur le Net, le poids des "analphabètes" de l'informatique et des laissés à l'écart de la révolution numérique ne doit pas être oublié."
Restent des initiatives des institutions et des pouvoirs publics notamment pour aider à résorber ce différentiel : c'est l'exemple de l'opération "passeport numérique"...

Posté par Miss_TICS à 10:35 - Statis-Tics - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Ca me gène qu'on parle de "fracture numérique", comme si c'était un handicap ou une tare que de ne pas utiliser internet.

    Internet est un service, qu'on utilise ou pas selon que l'on en a l'utilité ou pas. En plus cette pseudo fracture n'est en rien reliée à la fameuse fracture sociale : les "CSP-" ont aujourd'hui accès au web, et l'utilise même abondament.

    Certaines générations l'utilisent peu, ce qui n'est pas un problème : ils n'en éprouvent pas le besoin tout simplement.

    Posté par Sébastien, 23 juin 2006 à 10:42
  • les fractures numériques

    Savoir ne pas utiliser Internet et plus largement des outils informatiques devient de plus en plus handicapant dans la vie de tous les jours.

    Les travaux des chercheurs montrent que la fracture numérique se surajoutent à des difficultés socio-cognitives et touchent en priorité des personnes avec un niveau scolaire faible, personnes précarisés, isolés, des femmes seules...
    Suivre à ce propos les travaux du sociologue belge Gérard Valenduc, spécialiste de la fracture numérique, qui y a consacré de nombreux écrits (cf. par exemple : http://www.ftu-namur.org/projets/proj-14.html )

    Il y a des questions d'acces à l'internet et aussi d'appropriation et de formation. Se surajoutent des questions de compétence... Et de l'utilisation qu'on fait d'Internet.

    Pour la première fois, Eurostat se préoccupe des "competences" ce qui montre qu'il y a des différences d'usage discrimantes.

    Sur le rapport Eurostat, on s'étonnera de ne trouver aucun chiffre Français, pourquoi ? :

    http://societiq.wordpress.com/2006/06/21/utilisation-de-linformatique-et-dinternet-quel-est-le-niveau-de-competence-des-europeens-la-fracture-numerique-en-europe/

    Posté par Jean-Luc R., 23 juin 2006 à 11:00
  • Fracture

    Je suis d'accord avec toi sur l'utilisationd e ce mot qui a clairement une consonnance négative. Cependant, il y a un vrai souci. Tu parles des générations et tu as raison mais, pour moi, qui travaille en contact de TPE-PME, il y'a un vrai souci de ce côté-là. C'ets le petit commerçant traditionnel de BD qui voit tous ses clients partir sur E-Bay, c'est le viticulteur qui n'a pas de site et qui ne sait pas comment faire voir son vin à l'étranger pour pas cher, c'est encore la petite entreprise qui s'est dotée d'un ordinateur mais qui n'a pas d'abntivirus... Dans tous ces cas, l'entreprise est menacée si elle ne s'adapte pas...
    Au niveau du particulier, c'est moins vrai,je pense. Moi même qui suis cyber-dépendante, en vacances, je supporte très bien de vivre sans le moindre objet high tech

    Posté par Miss Tics, 23 juin 2006 à 11:05
  • Lire dans l'Europe

    Outre des méthodologies statistiques souvent discutables, des chiffres vieux de trois ans ou plus, des communiqués de presse manichéens, notre grande Europe aime bien fabriquer de la logique à posteriori. Quand on annonce au sommet de Lisbonne que l'Europe sera la première économie mondiale de la Connaissance sous uen décennie, on décide de cramer bcp d'Euros dans les TIC. Mais quand, cinq ans plus tard, la situation à principalement évolué du fait des technologies et des acteurs privés, il faut redonner un peu de sens à l'action publique en faveur de ces bonnes technos du bonheur futur. Donc, quelques gros chiffres qui hurlent "il reste du travail à accomplir" ne vont que dans le sens de la machine Europe. Propagande dispendieuse.

    Posté par zeyeti, 26 juin 2006 à 10:52

Poster un commentaire